Depuis janvier 2018, les Etats de la Cemac ont levé 1216,6 milliards FCFA sur le marché des titres de la BEAC, en hausse de 36,6%

Le marché des titres publics de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), lancé en fin d’année 2011, est devenu une destination privilégiée pour les six pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine et Tchad), dans leur quête de financements visant à résorber la réduction des recettes publiques. Situation elle-même consécutive à la conjoncture économique morose qui prévaut dans cet espace communautaire, depuis 2016.

En effet, selon les statistiques du Conseil de surveillance de la cellule de règlement et de conservation des Titres (CRCT) de la BEAC, qui a tenu sa 2ème session ordinaire de l’année 2018 à Yaoundé, le 28 juin dernier, le marché des titres publics émis par adjudications organisées par la BEAC connaît « une augmentation de 36,6% », les montants levés par les Etats s’établissant à 1216,6 milliards de francs CFA, au premier semestre 2018.

 

A titre de comparaison, cette enveloppe représente près de 25% de l’enveloppe budgétaire du Cameroun (4689 milliards FCFA après le dernier collectif budgétaire du 4 juin 2018), la locomotive économique de la zone Cemac.

 

Le CRCT de la BEAC souligne cependant que, dans le cadre de ces opérations de levées de fonds, les six Etats de la Cemac privilégient les émissions de titres à courtes durées de maturité (moins d’un an), et que les taux d’intérêt exigés par les investisseurs sont de plus en plus élevés.

 

Cette dernière réalité s’explique par la forte demande de financements, observée sur le marché des titres publics de la BEAC, depuis fin 2015, à cause de la chute des cours mondiaux des matières premières, au premier rang desquelles se trouve le pétrole brut, produit par cinq des six Etats de la Cemac. Et dont les retombées financières constituent souvent entre 25 et 85% des recettes publiques des pays membres de cet espace communautaire.


Agenda

Nos Partenaires

Chambre d'Agriculture, des Pêches, de l'Elevage et des Forêts du Cameroun (CAPEF)
Chambre de Commerce et d'Industrie du Bénin
Chambre de Commerce et d'Industrie de Cote-d'Ivoire
Chambre de Commerce et d'Industrie du Burkina-Faso;
Chambre de Métiers et de l'Artisanat de la Vendée
International Chamber of Commerce
La Bourse de Sous-Traitance et de Partenariat du Cameroun (BSTP-CMR)
Agence de Promotion des Investissements (API)
Le Fonds National de l’Emploi (FNE)
Agence des Normes et de la Qualité du Cameroun (ANOR)
Institut National de la Statistique du Cameroun (INS)
L'Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP)
Le Douala Stock Exchange
Investir en Zone Franc
GROUPEMENT INTER-PATRONAL DU CAMEROUN
Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)
Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones
L'Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT)
Agence Française de Développement (AFD)
Organisation Mondiale du Commerce(OMC);
Centre de Commerce International (ITC)
Programme des Nations-Unies pour le Développement au Cameroun (PNUD)
Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI)
L'Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development ou USAID)
Export-Import Bank of the United States
Banque Mondiale
Banque Africaine de Développement (BAD)
MERCATOUR